habillement feminin luxe
Etudes de marché - Analyse sectorielle - Tendances - Chiffres-clés

Base de connaissance - Etudes de marché - Chiffres-clés - Tendances

Une étude de marché est un ensemble de techniques marketing qui permet de mesurer, analyser et comprendre les comportements, les appréciations, les besoins et attentes d'une population définie.

Les études de marché utilisent des techniques quantitatives telles que le sondage, les panels, et des techniques qualitatives telles que les entretiens individualisés, les réunions de groupes. Elles s'accompagnent toujours de recherches documentaires (compilation et analyse de sources existantes).

Les informations à recueillir auprès des personnes à interroger peuvent être obtenues par plusieurs méthodes : avec des enquêteurs (face à face à domicile ou en salle, téléphone), de façon auto administrée (questionnaire sur papier ou questionnaire par Internet).

Source : Wikipédia

habillement feminin (11274)
cosmetiques luxe (10966)
mariage en france (10306)
le fitness en france (9876)
parfum (8846)
cosmetiques (8719)
swot pret a porter (8102)
chocolat (7941)
distribution australie (7170)
habillement feminin luxe (6592)
snacking (6537)
deodorant (6427)
deodorants (6352)
camping (5983)
la randonnee en france (5900)
l agriculture bio en france (5885)
biologique (5852)
applications (5846)
cafe (5579)
marchn fruits exotiques (5372)
evolution sodas (5345)
distribution (5295)
cadeaux d affaires (5255)
alinea en france (5184)
iphone (5141)
afrique (5065)
concurrence (5003)
chocolat en allemagne (4999)
marchnfruitsexotiques (4882)
l agriculture bio (4871)
yaourts france 2008 (4864)
velo (4792)
dubai (4773)
go sport (4755)
macaron allemagne (4743)
bar (4741)
boissons chaudes (4584)
des produits equitables (4567)
snacks (4471)
mobile (4465)
meuble (4418)
services a la personne concurrence (4415)
btp en allemagne (4383)
discotheque (4371)
metallurgie (4339)
serrurerie (4273)
cadeaux (4257)
services a la personne (4214)
magasin bio (4200)
cafe etats unis (4187)
bijoux (4160)
agriculture bio (4150)
axe (4107)
agriculture (4081)
conciergerie (4068)
btp (4058)
portes garage (4019)
indutrie luxe (4011)
le tex mex en france (3979)
pressing (3957)
potager (3936)
sportifs (3912)
securite (3868)
lunettes (3864)
ameublement (3854)
macarron (3844)
l ameublement resultat 2006 (3836)
solarium (3829)
dematerialisation (3826)
cloud (3825)
optique (3820)
jardin (3803)
alinea (3797)
environnement (3796)
dupoulet (3785)
club (3746)
caaux d affaires (3713)
les laveries au maroc (3671)
poulet (3668)
iwuy (3649)
jeux gratuits en ligne (3619)
plantes (3618)
produits equitables (3588)
couverture (3549)
photographie (3527)
snack bar bio et equitable (3527)
eclairage (3490)
ducadeauxdaffaires (3466)
jonglage (3447)
hammmam (3437)
revetementsol (3406)
bijoux en or en algerie (3357)
le bricolage finlande (3300)
revetement sol (3275)
expresso en france 2006 (3266)
lampe led (3103)
transformation materiaux (3028)
ameublement resultat 2006 (2973)
extraction materiaux (2801)
proits equitables (2664)

Résultats pour habillement feminin luxe (études de marché)
 

rapport
zemarche.com

zemarche.com

Le marché de l'habillement en France >

Le Distri-Flash fournit les résultats provisoires de la consommation d’habillement une quinzaine de jours avant la parution des résultats définitifs dans le Distri-Bilan. Le Distri-Flash paraît le 17 de chaque mois et fournit les résultats du mois précédent.

Source : Féfération Nationale de l'Habillement - 2011 - Français - Gratuit

zemarche.com

zemarche.com

La Chine, nouvel eldorado de l’industrie du luxe ? - France Monde Express >

L’analyse de Roland Berger Le paysage s’est éclairci pour l’industrie du luxe qui reprend son train d’avant la crise. Après avoir connu une croissance de 9,8% pour atteindre 168 milliards d’euros en 2010, le marché du luxe devrait dépasser 180 milliards d’euros cette année. Le marché chinois est le moteur de ce dynamisme : depuis 2008, il a crû de 28% pour atteindre environ 9 milliards d’euros1 en 2010, et a vu sa part de marché grandir de 3,4% à 5,5%2. Il a donc mieux résisté à la crise en surperformant la croissance du marché chinois et, grâce à l’augmentation de consommateurs potentiels aux revenus élevés3 ou issus de la classe moyenne, le marché du luxe chinois pourrait atteindre 28 milliards d’euros en 2015. La clientèle chinoise représente déjà 15% des achats de produits de luxe, et pèse de plus en plus dans les ventes hors du territoire. Notamment à Hong-Kong et Macao, la croissance forte attendue du secteur reposera surtout sur ces “retail tourists”, motivés par le prix, la fiscalité (dont le changement n’est pas encore d’actualité) et une meilleure expérience d’achat. La Chine est donc en voie de dépasser le Japon pour devenir le 2ème marché du luxe cette année, et devrait devenir leader mondial devant les Etats-Unis d’ici 2020. Qui sont les consommateurs ? Les consommateurs de luxe chinois ont la particularité d’être relativement jeunes, au comportement d’achat versatile et sont moins fidèles aux marques. Ils sont citadins, en majorité des hommes achetant aussi pour leur compagne ou pour des cadeaux d’affaires (25% des achats sont destinés à être offerts). Bien qu’ils soient de plus en plus sophistiqués, les consommateurs chinois demeurent peu familiers avec l’univers du luxe, les marques, leurs histoire, et leur hiérarchie. Même si leur approche du luxe mûrit, devient progressivement moins démonstrative et plus motivée par le plaisir personnel, ils sont sensibles au prix, indicateur du niveau de luxe leur permettant d’affirmer leur statut social, et préfèrent les marques internationalement reconnues. Que consomment-ils ? Ils consomment surtout des cosmétiques (29% des achats) et des montres (26%). Les segments les plus dynamiques sont l’horlogerie, la joaillerie, et les accessoires. Les montres, achat plutôt masculin, sont perçues comme un investissement tant elles bénéficient d’une bonne liquidité sur les marchés d’occasion. Les accessoires, utilisés plus fréquemment, sont des achats plus « rentables » typiques des consommateurs aspirants.

Source : francemondexpress.fr - 2011 - Français - Gratuit
2 pages

zemarche.com

zemarche.com

Le marché du textile-habillement ne reprend toujours pas >

Après une légère stabilisation en 2010 et un repli plus modeste que les deux années précédentes (-0,8%) le marché du textile-habillement ne devrait pas remonter la pente en 2011. Le premier trimestre a révélé un recul de 1,2% par rapport à 2010. Avec la date des soldes avancée d’une semaine au 22 juin et une météo estivale favorable, le deuxième trimestre a vu le chiffre d’affaires des distributeurs progresser de 5,4% par rapport à la même période 2010. Mais c’est au troisième trimestre que tout se gâte.

Source : LSA - 2011 - Français - Gratuit
1 pages

zemarche.com

zemarche.com

Le secteur textile-habillement en recul en France >

Le secteur textile-habillement reculerait, selon l'IFM, de 4 % en mars. Les grands magasins sont moins touchés que les chaînes spécialisées de centre-ville et de périphérie. L'Institut français de la mode (IFM) a publié une étude (Distriflash) sur le secteur textile-habillement en France qui révèle une baisse de 4 % en mars. "Les différents circuits de distribution affichent des performances inégales", souligne l’IFM. A contrario,les grands magasins progressent en moyenne de 3 % en valeur en mars, soit + 5 % depuis le début de l’année. Les chaînes de centre-ville et de périphérie ont en revanche enregistré une baisse importante, de 6 % sur mars et sur le trimestre de 3,4 %. Les indépendants ont fait - 3 % sur mars et - 0,8 % en cumulé sur les trois mois. Quant aux magasins populaires, ils sont à + 1 % sur mars, mais à - 1,9 % sur le trimestre.

Source : eMarketing - 2011 - Français - Gratuit
1 pages

zemarche.com

zemarche.com

2011 : Une année difficile pour le prêt-à-porter féminin >

Selon la société d’études Xerfi, l’année 2011 s’annonce difficile pour le prêt-à-porter féminin. « Avec un pouvoir d’achat par ménage en baisse de 0,4%, les Français vont devoir procéder à des arbitrages qui risquent de pénaliser l’habillement », analyse Delphine David, auteur de l’étude « la distribution de prêt-à-porter féminin ».Ainsi, les distributeurs spécialisés dans la mode féminine devraient voir leur chiffre d’affaires chuter de 2% en volume et de près de 1% en valeur à 11,4 milliards de dollars cette année. Ces derniers vont non seulement devoir faire face à l’envolée du cours du coton, qui a subi une hausse historique sur le 1er trimestre 2011, mais prendre également en compte l’augmentation du coût de la main d’œuvre dans les pays exportateurs de textile. Dans ce contexte particulier, les enseignes de mode « doivent revoir leur stratégie d’approvisionnement en privilégiant le sourcing de proximité. » Et augmenter leur prix de vente pour certains. C’est le cas d’Etam qui vient de communiquer sur ce sujet. Au contraire, certaines enseignes ont d’ores et déjà annoncé qu’elles ne répercuteraient pas la hausse des matières premières et du coût de la main d’œuvre. C’est notamment le cas de Kiabi qui vient d’annoncer qu’elle maintiendrait ses prix en 2011 fidèle à son slogan « La mode à petits prix ». En 2010, Kiabi a réalisé un chiffre d’affaires de 1,3 milliard d’euros enregistrant une progression de 24,1% par rapport à 2010. A ce jour, elle compte 430 boutiques dont 334 en France.

Source : Observatoire de la franchise - 2011 - Français - Gratuit
1 pages

zemarche.com

zemarche.com

Le Secteur du Champagne au Vietnam - France Monde Express >

L’ouverture à l’international a permis au Vietnam de se positionner comme l’une des régions les plus dynamiques de la zone ASEAN et de s’intégrer progressivement dans les échanges mondiaux. La croissance moyenne du PIB vietnamien a été supérieure à 7 % ces 10 dernières années. Parallèlement, sa population de presque 87 millions croit à grande vitesse, les prévisions tablant sur 120 millions d’habitants en 2025. Cette formidable croissance a permis l’apparition d’une classe aisée disposant d’un pouvoir d’achat fort. Si cette population reste principalement localisée sur Hanoi et Ho Chi Minh Ville, elle a permis le développement d’un réel marché du luxe comme peut le témoigner la présence de marques internationales comme Luis Vuitton, Gucci, Vertu ou encore l’importation croissante de voitures de luxe. Le pays attire aussi une nouvelle forme de tourisme : on s’éloigne du modèle « routard », et l’on trouve plusieurs grands « resorts » pour touristes occidentaux et vietnamiens qui recherchent des prestations de haut de gamme à l’occidentale. C’est dans ce contexte que depuis quelques années, le Champagne fait son apparition dans des hôtels de luxe, des distributeurs spécialisés, quelques restaurants haut de gamme ou encore dans les rayons de certaines grandes surfaces. Un nouveau marché à potentiel A l’heure actuelle, la consommation de Champagne au Vietnam reste encore modeste, avec une consommation annuelle d’environ 35 000 bouteilles. Les perspectives d’évolution sont cependant excellentes comme en témoigne la croissance de 20% des importations enregistrées l’année dernière.

Source : francemondexpress.fr - 2010 - Français - Gratuit
2 pages

zemarche.com

zemarche.com

Le secteur du textile et de l’habillement en Turquie >

Une filière motrice de l’industrie turque La Turquie représente actuellement 4% des exportations mondiales de textile-habillement. En augmentation ces dernières années, les exportations turques de la filière ont atteint 21 milliards USD en 2010 (14,5 pour la confection, 6,5 pour le textile). Le secteur joue un rôle clé dans les échanges extérieurs de la Turquie, représentant en 2010 quelques 18,5% des exportations totales du pays. Aujourd’hui, la filière réalise un chiffre d’affaires annuel de 30 à 35 milliards USD et emploie près de 10% de la population ouvrière déclarée. L’industrie turque de la confection a bénéficié au cours des dernières années d’un environnement favorable qui lui a permis de progresser de façon significative. Elle a, en outre, joué un rôle moteur à l’égard du secteur textile en créant une demande forte pour la fabrication de semi-produits tels les fibres, fils et tissus. Cependant, depuis la libéralisation des échanges du secteur textile à partir du 1er janvier 2005 (fin de l’accord multifibres de l’OMC), la Turquie fait face à une concurrence internationale renforcée.

Source : francemondexpress.fr - 2011 - Français - Gratuit
2 pages

zemarche.com

zemarche.com

Le Marché de Luxe au Brésil >

Avec un chiffre d’affaires prévisionnel de 6,45 milliards US$ en 2010, le marché de luxe devient une affaire de plus en plus prometteuse au Brésil, attirant l’attention de grandes marques françaises, comme LVMH, Cartier, Lacoste et Chanel. Ces marques investissent aujourd’hui des millions en implantation de points de ventes, en acquisitions et en diversification de leurs activités. Suite à l’une des plus importantes crises de l’histoire – avec une réduction de 8% en 2009, par rapport à la même période l’année précédente – le marché global de luxe reprend ses perspectives de croissance. Autant d’optimisme cependant ne correspond à la hausse de la consommation des États Unis ou Europe. Au contraire. Pendant que les prévisions dans ces pays se maintiennent stables, le secteur se consolide dans le Moyen Orient, enregistre des chiffres expressifs en Chine et réussit des indices significatifs au Brésil. “Même sous l’impact de la crise économique mondiale, le luxe a obtenu une expansion de 11,5% en territoire brésilien, l’an dernier, dépassant les attentes de croître 8%”, affirme Carlos Ferreirinha, Président de la MCF Consultoria e Conhecimento. Bénéficié par l’économie stable, un pouvoir d’achats plus élevé de la classe moyenne et l’ascension de ceux considérés comme ‘ultrarriches’ – d’après le magazine Forbes, le Brésil compte 18 milliardaires, qui somment une fortune de l’ordre de US$ 90,3 milliards -, le pays est aujourd’hui une des principales destinations des marques renommées, surtout les françaises. L’ouverture de leurs propres points de ventes, a exemple de Chanel, qui a décidé d’opérer directement sur le territoire brésilien, en assumant le contrôle de la boutique au Centre Commercial Cidade Jardim (dans la ville de São Paulo) et annonce l’ouverture d’un point de vente concept et une parfumerie au Centre Commercial Iguatemi à São Paulo, les acquisitions et la hausse de la participation du marché sont justes quelques stratégies annoncées par de grands groupes récemment. “Les consommateurs dépensent en moyenne aujourd’hui environ BRL 42 mille/an, a part l’achat de véhicules, d’immobilier, de bateaux et d’avions. Certainement il s’agit d’un important attractif pour les entreprises du secteur”, justifie Ferreirinha. Les femmes, responsables de ce résultat, aujourd’hui sont en tête du ranking d’acquisition de produits de luxe au Brésil. Elles représentent 63% des consommateurs AAA et les hommes 37%. Les Brésiliens sont amoureux de la haute qualité et du design différentiel. Comme exemple de cette situation, le succès de la marque Christian Louboutin avec l’ouverture du premier point de vente en 2009, en Amérique Latine, au Centre Commercial Iguatemi de São Paulo. Baccarat est une autre marque française présente au même centre commercial depuis 1999. Dans le secteur textile, la française Lacoste, présente au Brésil depuis les années 80, passe, actuellement, par une période d’expansion dans le pays. Le Centre Commercial Cidade Jardim a été élu comme étant une des adresses les plus stratégiques de la marque dans la capitale São Paulo, démarrant un plan d’ouverture de 15 unités jusqu’en 2010, dans la région Nord, Centre-Ouest, Sud et Sud-Est.

Source : francemondexpress.fr - 2011 - Français - Gratuit
2 pages

zemarche.com

zemarche.com

Tunisie : Dans le secteur Textile et Habillement, on positive ! >

La progression des échanges dans le secteur Textile et Habilement se poursuit. Pour le mois de mai 2011, les exportations ont réalisé une augmentation de 18,03% en valeur (240 millions d’euros) et de 10,15% en poids. Cette augmentation provient, essentiellement, de la filière textile avec 17,5% et de la filière habillement, avec 18,1%. Pour la filière habillement, les vêtements en chaîne & trame enregistrent une hausse de +12,99% en valeur et +6,56% en nombre de pièces. Les vêtements en maille évoluent considérablement avec une progression en valeur (+31,28%) et en nombre de pièces (+27,50%), comparativement à mai 2010. L’analyse par marché des vêtements en chaîne et trame fait ressortir des progressions sur toutes les destinations traditionnelles de la Tunisie exception faite de l’Italie et de l’Espagne qui enregistrent des baisses respectives de -1,06% et -17,97% en valeur. Quant aux vêtements en maille, les évolutions sont positives et à deux chiffres sur l’Italie, la France, le Royaume-Uni et l’Espagne. L’Allemagne affiche une hausse en valeur et en volume à trois chiffres. Les Pays Bas et la Belgique enregistrent des baisses considérables en valeur et en volume.

Source : WMC - 2011 - Français - Gratuit
2 pages

zemarche.com

zemarche.com

Commerce de détail d’habillement >

Le secteur du commerce de détail de l’habillement connaît des difficultés en raison de la stagnation de son chiffre d’affaires en volume et de sa très faible progression en valeur. Dans un contexte économique tendu, les ménages sont de plus sensibles au critère prix. Ainsi, les clients réalisent la majorité de leurs achats aux périodes de soldes ou de promotions, alors que les marges des professionnels sont faibles. L’instauration des soldes flottantes va renforcer cette tendance. Le secteur est également confronté à une évolution dans la structure des dépenses des ménages. Ces derniers privilégient les dépenses de loisirs et de multimedia au détriment de l’habillement. En outre, le secteur connaît des mutations structurelles contribuant à accentuer les difficultés. En effet, les réseaux sous enseigne exercent de fortes pressions concurrentielles sur les indépendants isolés qui captent encore 20% du chiffre d’affaires du secteur. Les grands groupes disposent d’une puissance d’achat, de production et de logistique qui leur permettent d’adopter un positionnement prix attractif et de renouveler très fréquemment leurs collections (concept des micro collections). Le marché, les métiers et la réglementation, L'exercice de l'activité, Les difficultés du métier.... Le secteur du commerce de détail de l’habillement connaît des difficultés en raison de la stagnation de son chiffre d’affaires en volume et de sa très faible progression en valeur. Dans un contexte économique tendu, les ménages sont de plus sensibles au critère prix. Ainsi, les clients réalisent la majorité de leurs achats aux périodes de soldes ou de promotions, alors que les marges des professionnels sont faibles. L’instauration des soldes flottantes va renforcer cette tendance. Le secteur est également confronté à une évolution dans la structure des dépenses des ménages. Ces derniers privilégient les dépenses de loisirs et de multimedia au détriment de l’habillement. En outre, le secteur connaît des mutations structurelles contribuant à accentuer les difficultés. En effet, les réseaux sous enseigne exercent de fortes pressions concurrentielles sur les indépendants isolés qui captent encore 20% du chiffre d’affaires du secteur. Les grands groupes disposent d’une puissance d’achat, de production et de logistique qui leur permettent d’adopter un positionnement prix attractif et de renouveler très fréquemment leurs collections (concept des micro collections). Par ailleurs, si la concurrence des magasins non spécialistes reste faible, l’e-commerce est en plein essor, l’habillement étant l’un des produits les plus achetés sur Internet. Dans ce contexte, les indépendants qui ne bénéficient pas des mêmes atouts pour renouveler leur offre et proposer des prix attractifs éprouvent des difficultés à maintenir des niveaux de marge corrects.

Source : Je Suis Entrepreneur - 2010 - Français - Gratuit
12 pages

zemarche.com

zemarche.com

Le marché de la mode défile dans l'inconnu >

Les ventes d'habillement ont reculé de prés de 2% sur les sept premiers mois de l'année 2011. En juillet, elles se sont effondrées de 15,8%. Un mauvais présage alors que s'ouvrent les salons professionnels de la mode à Paris. Les acheteurs de mode qui, ce week-end, se pressent dans les salons Première Classe et Prêt-à-porter à la Porte de Versailles à Paris, sont dans l'expectative. «Tout le monde est dans l'incertitude », reconnaît Gildas Minvielle, responsable de l'Observatoire économique de l'Institut Français de la mode. Le marché français bat de l'aile depuis le début de l'année. «Sur les sept premiers mois de l'année, les ventes sont en recul de 2% environ », chiffre-t-il. Ce repli intervient après une relative stabilisation des ventes en 2010. Mais - hélas ! - la crise n'est manifestement pas enrayée. Le marché tricolore paraissait pouvoir sortir de trois années consécutives de baisse. « En 2008, la consommation de textile et d'habillement a reculé de 3 % en valeur. En 2009, le recul a été de 3,5 % et en 2010 de 0,8 % », observe Gildas Minvielle.

Source : La Tribune - 2011 - Français - Gratuit
2 pages

zemarche.com

zemarche.com

La révolution mobile en Afrique >

Avec près d’un africain sur deux équipé d’un téléphone mobile, le continent est en train de vivre une mutation technologique sans précédent. Le mobile ne sert plus seulement à communiquer de manière orale. Le réseau a donné naissance à une plateforme d’innovation pour le développement économique de l’Afrique et la lutte contre la pauvreté. Autrefois, le téléphone portable était réservé aux classes aisées tant son coût était exorbitant au regard du revenu moyen. En 1998, il y avait un peu moins de 4 millions de mobiles sur le continent. C’était il y a plus de dix ans. Puis, entre 2002 et 2007, le nombre d’abonnement a augmenté de 49 % par an en Afrique contre une moyenne de 17 % en Europe. Le président du Rwanda Paul Kagamé, passionné de nouvelles technologies, ne s’est pas trompé lorsqu’il déclarait en 2007 lors du sommet Connect Africa à Kigali : « en dix ans, le téléphone mobile qui était un objet de luxe est devenu un produit de base nécessaire en Afrique ». Aujourd’hui, on compte plus de 500 millions de téléphones mobiles en usage en Afrique. Une révolution sociétale et économique en Afrique sub-saharienne où moins de 30 % de la population a accès à l’électricité alors que 11,5 % a accès à internet. En même temps que le téléphone mobile s’est imposé sur le continent, l’appareil a évolué d’une façon considérable pour devenir l’ordinateur de poche africain.

Source : RFI - 2011 - Français - Gratuit
3 pages

zemarche.com

zemarche.com

L’évolution du rapport à la beauté aux États-Unis >

Le marché américain reste le plus important en volume pour l’industrie du luxe comme pour celle de la beauté. De la vague des make-up artists aux marques médicales (Doctor’s brands) en passant par le maquillage minéral, ce sont autant d’exemples d’innovations venant de ce pays qui ont influencé les marchés mondiaux. D’où l’intérêt de l’analyse croisée proposée par IPSOS et Cosmetics Inspiration & Creation lors du dernier salon Beyond Beauty Paris. Alors que les États-Unis se relèvent peu à peu d’une crise qui a marqué leur histoire et bousculé leurs valeurs, le marché de la beauté s’est vivement redressé, faisant preuve d’une remarquable résilience. De nouvelles propositions ont émergé, surfant sur les courants « lifestyle », avec à la clef, une sensible évolution du rapport à la beauté. C’est cette évolution que Rémy Oudghiri, Directeur de la Prospective pour l’institut IPSOS, et Leïla Rochet-Podvin, Fondatrice de l’agence Cosmetics Inspiration & Creation, ont présenté en octobre dans le cadre de Beyond Beauty Paris. Cinq grandes thématiques ont ainsi été décryptées, Rémy Oudghiri décodant les tendances sociétales et Leïla Rochet-Podvin dévoilant les tendances produits sous-jacentes.

Source : premiumbeautynews.com - 2011 - Français - Gratuit
2 pages

zemarche.com

zemarche.com

Le marché du textile en Espagne >

Après de nombreuses années de baisses, l’industrie textile recommence à croître en 2010. L’industrie du textile comprend un large éventail d’activité : fabricants de fibre naturel et artificiel, textile fini ou non fini et habillement en matière naturelle ou non. Cette variété dans la production correspond à la multitude de compagnies, procès industriel et la segmentation des marchés. L’industrie textile est très importante en Espagne, surtout dans des régions comme la Communauté de Valence et la Galice. Le secteur textile et de la confection est à l’avant-garde espagnole et constitue un clair référent sur les marchés internationaux, grâce à des entreprises connues au niveau international comme Adolfo Domínguez, Roberto Verino ou Inditex, le numéro un européen. L’industrie du textile à connu un énorme changement ces dix dernières années. Dans les anciens pays industrialisé le marché du textile est un marché mature. Ce qui permit aux pays émergents dont l’Inde et la Chine d’en tirer profit en proposant des politiques de prix agressifs. L’industrie espagnole représente 12,9% du marché Européen du textile. L’Espagne est en 4ème position derrière la France, l’Allemagne et le Royaume-Uni. (Chiffres Eurostat 2009). Après la crise du début des années 90, l’industrie de la mode en Espagne a subi une importante transformation. Les entreprises textiles commencèrent à se tourner davantage vers le design et l’innovation en termes de forme de vente et commercialisation. On accorde donc de moins en moins d’importance à la production qui peut être effectuée à moindre coût en Asie. Le marché espagnol du textile à été fortement touché par la crise financière de 2007. L’industrie du textile espagnol à enregistré un chiffre d’affaire de 28,9 milliards de dollars en 2009 soit taux de croissance de 0.9% pour la période 2005-2009. En comparaison les marchés français et allemands ont enregistré respectivement une variation de -1.4% et -2.2% sur la même période. Depuis 2009 l’IPC du secteur de l’habillement est en baisse, il est de -2.0% en 2009 par rapport à 2008. Après de nombreuses années de baisses, l’industrie textile recommence à croître en 2010. La production augmente de 8,7% et les exportations de 14% ; l’année 2010 s’est clôturée avec une facturation de 5,3 milliards d’euros.

Source : francemondexpress.fr - 2011 - Français - Gratuit
25 pages

zemarche.com

zemarche.com

Le secteur du Textile au Vietnam - France Monde Express >

L’industrie du textile est un secteur phare de l’économie vietnamienne, elle représente le 2ème poste à l’exportation et a connu une croissance de 19,7 % entre 2009 et 2010. Les investissements directs étrangers (IDE) enregistrés au Vietnam ont atteint 9,5 milliards de dollars au cours des huit premiers mois de l’année 2011, soit 74% du montant enregistré sur la même période en 2010. Il s’agit essentiellement d’investissements productifs dans le secteur industriel. L’industrie textile fait partie de ces secteurs porteurs qui continuent à attirer les investisseurs étrangers. A ce jour, le Vietnam représente 2,5 % de la part mondiale du secteur textile / habillement. Au plan national, la filière représente le 2ème poste d’exportation du pays. L’industrie textile vietnamienne à l’image de nombreux autres secteurs est regroupée autour de plusieurs entreprises publiques ou semi privées sous la tutelle du gouvernement vietnamien. Ces mêmes entreprises sont pour la plupart regroupées au sein de la Vietnam Textile & Apparel Association (VITAS), la fédération professionnelle du textile vietnamien, qui représente les intérêts de plus de 2.200 entreprises autant vietnamiennes qu’étrangères. Parmi elles, VINATEX, membre principale de la fédération, a l’ambition de faire parti des 5 plus gros exportateurs de textile au monde. Pour pouvoir rester compétitif par rapport aux différents pays limitrophes (Chine, Malaisie, etc.), les défis de l’industrie textile vietnamienne sont nombreux : maintien d’une main-d’oeuvre bon marché, amélioration de l’appareil de production ou encore respect de la propriété intellectuelle. Dans cette démarche, les entreprises bénéficieront du soutien du gouvernement vietnamien qui favorise notamment la création de nouvelles zones industrielles exclusivement consacrées à l’industrie textile. Le textile, secteur économique clef du Vietnam L’industrie du textile est un secteur phare de l’économie vietnamienne. La filière textile/habillement représente en effet le 2ème poste à l’exportation du Vietnam après l’industrie pétrolière. Ce secteur a connu une croissance du revenu de ses exportations de 19,7 % entre 2009 et 2010. Dans ce contexte, le gouvernement vietnamien a souhaité maintenir son objectif ambitieux de doublement de la valeur des exportations d’ici 2015. Pour maintenir ce rythme, le ministère du Commerce et de l’Industrie vietnamien a lancé un plan de soutien pour la filière textile/habillement pour la période 2008-2015. Ce plan appelé « Cloth Investment and Production Programme » vise à stimuler la filière à différents niveaux. Ainsi, il est prévu une modernisation des usines de production, l’embauche d’une nouvelle main d’oeuvre répondant aux objectifs de production et la création d’une filière universitaire spécialisée dans le textile afin de former les designers et la main d’oeuvre qualifiée du futur. Dynamisme des exportations et dépendance aux importations Exportations Depuis le début l’année 2011, l’industrie du textile et de l’habillement représente 14,6% du total des exportations vietnamiennes. Le chiffre des exportations a atteint 11,7 Mds USD en 2010. Le Vietnam prévoit d’atteindre d’ici la fin de l’année 2011, un chiffre d’affaire de 13,2 Mds USD pour ses exportations, soit 18% de plus entre 2009 et 2010. (Source : VITAS – Vietnam textile and Apparel Association). Malgré des difficultés, les exportations textiles du Vietnam ont encore progressées de 14% au premier semestre 2011 et ont gagnées plus 1,8 Mds USD par rapport à la même période de l’année précédente. Actuellement la plupart des usines de la province de Dong Nai tournent à plein régime et ont enregistré plus de commandes qu’en 2010 sur le 1er semestre 2011. Les Etats-Unis représentent toujours la destination privilégiée des produits textiles avec un chiffre d’affaire de 6 Mds USD, soit près de la moitié du revenu total des exportations, suivi par l’Union Européenne (1,8 Mds USD) et le Japon (1,6 Mds USD). En quelques années, le Vietnam est devenu le second fournisseur d’habillement des Etats- Unis après la Chine. Actuellement, le Vietnam convoite le marché Africain, dans le but de diversifier ses exportations. L’objectif serait d’accroitre rapidement le chiffre d’affaire des exportations avec l’Afrique qui n’étaient que de 22,7 Millions USD en 2010. Le Vietnam pénètre de plus en plus les marchés européens depuis la levée des quotas d’importations sur les produits vietnamiens en 2006. La part de marche des exportations textiles du Vietnam en Europe a grimpée de 1,99 % en 2009 et de 2,02 % en 2010, quant au chiffre d’affaire des exportations il a augmenté de 14 % entre 2009 et 2010. A ce jour, le Vietnam est classé comme étant le 7eme plus important fournisseur en textile de l’Union Européenne. En raison de l’augmentation des couts de production dans les pays de l’Europe de l’est et des pays du Maghreb, le Vietnam a de solides perspectives de voir croitre ses part de marché avec l’Europe.

Source : francemondexpress.fr - 2011 - Français - Gratuit
5 pages

zemarche.com

zemarche.com

L’évolution du marché de la mode féminine en France >

L’habillement féminin représente un marché important en France avec un chiffres d’affaires de près de 15 millions d’euros. Après les années fastes (1980 à 2000), il a régressé en valeur tout en progressant en volume durant la dernière décennie. Une enquête de l'Institut français de la mode (IFM), intitulée "Les femmes et la mode - France, Europe 2011 donne des informations capitales pour les franchises mode et les tendances des années à venir. Un marché en recul depuis une décennie Même si le marché de la mode femme a augmenté de 3% en volume, il a perdu 10,6% en valeur. Les raisons sont multifactorielles : la politique des prix bas menée par la grande distribution, l’arrivée massive des chaines spécialisés d’où une forte concurrence et depuis 2008 l’impact de la crise. Globalement, de 2000 à 2010, les prix moyens des achats de confection feminine ont reculé de 13%, contre une baisse de 6% seulement sur le marché masculin. Le marché de la mode féminine en France (hors lingerie et chaussures) représente à lui seul en valeur autant que celui de l’homme et l’enfant réunis soit presque 15 millions d’euros contre 9,8 pour l’homme et 5,2 pour l’enfant. C’est le seul à avoir augmenté entre 2009 et 2010 (plus 0,2%). La Française dépense moins et cherche le prix Le budget moyen consacré par les femmes françaises aux vêtements était de 410 euros en 2009. La France se situe derrière les Allemandes 602 euros par an, les Italiennes (524 euros), les Britanniques (495) et les Espagnoles (431). Les femmes françaises achètent aussi de moins en moins cher, de plus en plus en soldes (24% des achats de vêtements femmes s’effectuaient lors des soldes en 2000, 33% en 2010). Une attitude qui s’est accentuée avec les soldes flottantes et les promotions quasi permanentes qui ont modifié en profondeur l’acte d’achat. Le critère prix a désormais une place plus prépondérante qu’il y a 10 ans.

Source : AC Franchise - 2011 - Français - Gratuit
1 pages

zemarche.com

zeMarche.com © Essential Corporation Inc. 2011 - 2012